Kiki de Montparnasse de Catel & Bocquet

9782203396210

Quatrième de couverture:

Jamais Kiki ne fera la même chose trois jours d’affilée, jamais, jamais, jamais !

Mon avis:

Quel caractère cette Kiki !
La bande dessinée de Catel et Bocquet retrace la vie de cette muse des années 20. de son enfance chez sa grand-mère à Châtillon-sur-Seine jusqu’à sa mort à Paris, celle qui s’appelle en réalité Alice Prin rencontrera les plus grands artistes de l’époque et traversera les mouvements artistiques comme le dadaïsme ou le surréalisme dont est membre son compagnon Man Ray et pour qui elle sera le modèle.

Une BD qui raconte l’histoire d’une femme pendant les années folles, ce bouquin avait beaucoup de chance de me plaire. Tout d’abord le livre en lui-même, les dessins en noir et blanc pourraient être trop enfantins pour certains mais moi j’ai trouvé le trait de l’illustratrice frais et puis cela permet de s’imprégner rapidement de l’histoire. Autre détail, j’ai apprécié la façon dont étaient séparés les chapitres caractérisés par une date, un lieu et un petit dessin de ce lieu. Aussi, les dialogues sont très bien écrits et permettent de rendre compte du caractère et des sensibilités de Kiki : « – Ne t’inquiète pas, elle te pardonnera… Comme toutes les mamans.
- Je ne l’ai jamais appelée maman. » le rapport que Kiki a avec sa mère semble être un des moments les plus touchants de la biographie. Également ses doutes de femme concernant l’amour, naïf mais vrai. Cependant, c’est le franc-parler de Kiki et son aplomb qui domine le livre, présents dès son enfance, ils feront d’elle, la « Reine de Montparnasse » et surtout une femme libérée.
J’ai tellement aimé que je n’arrive pas à en parler donc en trois mots : coup de cœur !

Le détail qui tue : les petites biographies des personnages qui parcourent le livre, à la fin de la bande dessinée !

Ma note: 5/5

KIKIdeMON_Illu1

Citation:

« – T’es pas à l’école, toi ?
– Nan, j’suis malade.
– C’est important, l’école. Dans la vie, faut savoir compter.
– J’ai pas besoin de compter pour manger. Quand j’ai plus faim, je m’arrête, c’est tout. »

Publicités

5 réflexions sur “Kiki de Montparnasse de Catel & Bocquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s