Léa ne se souvient pas comment fonctionne l’aspirateur de Gwangjo et Corbeyran

51SXzewVn8L._SX355_BO1,204,203,200_

Quatrième de couverture:

Lundi matin. Pénible, comme tous les lundis. Tôt, comme tous les matins. Je me lève la première pour préparer le petit déjeuner à Xavier.

Quelques phrases jetées sur les pages d’un journal intime oublié dans une poubelle et Louis Levasseur, écrivain raté et fauché, renoue avec l’inspiration. Le contenu du journal est explicite : Léa a un problème avec les appareils électroménagers et tout ce qui constitue l’univers de la femme au foyer. Conquis par cette amnésie singulière, Louis s’empare du propos de cette « ménagère inconnue » et en fait l’héroïne de son nouveau roman, transformant au passage Léa en icône révolutionnaire. Auréolé du succès planétaire de son best-seller, Louis est désormais heureux et comblé. Jusqu’au jour où il découvre la « vraie » histoire de Léa.

Mon avis:

Aux premiers abords, c’est le titre du livre qui m’a intriguée. Léa ne se souvient pas comment fonctionne l’aspirateur. Un titre à rallonge, plutôt sans queue ni tête, comme on en voit beaucoup en ce moment. En feuilletant, je remarque que les dessins sont assez sombres, à voir… Je retourne l’ouvrage, un pitch qui me décide à l’emprunter.

Louis Levasseur est un écrivain paumé qui n’a pas publié depuis des années, il est seul, fauché et en manque d’inspiration. Un jour par (un heureux) hasard, alors qu’il cogitait sur son existence, il découvre dans les poubelles en bas de chez lui, le journal intime de Léa. Touchée par une « maladie » singulière, Léa expose dans ce journal, son incapacité à utiliser les différents appareils électroménagers qui occupent son quotidien, du lave-linge au fer à lisser. Inspiré, Louis s’accapare de cette étrange histoire et tire de ce journal, son futur succès littéraire. Mais Louis ne connait pas toutes les zones d’ombre de la vie de Léa et cette publication ne sera pas sans conséquence…

Avant toute chose, je retiendrai de ce roman graphique, la qualité du dessin. Tout en crayon papier, les planches sont criantes de réalisme, chaque geste, chaque émotion sont transmis à travers les traits. Même si pour ma part, le réalisme des dessins n’est pas une chose absolument nécessaire pour apprécier une lecture et n’est pas forcément ce que je préfère, j’ai été agréablement surprise. D’autant plus que cela correspond bien à la trame de l’histoire. Dès le début, j’ai compris la face cachée de la vie de Léa d’où provenait cette amnésie particulière. Ainsi, le lecteur est empressé de connaître l’issue de toute cette histoire qui s’annoncera nuageuse. Une lecture dont on ressort mélancolique par le sujet traité…

Ma note: 3,5/5

Extrait:

lea-ne-se-souvient-pas-comment-fonctionne-l-aspirateur-01

Dans un thème similaire, il y a également la bande dessinée Inès de Loïc Dauvillier et Jérôme d’Aviau.

Publicités

2 réflexions sur “Léa ne se souvient pas comment fonctionne l’aspirateur de Gwangjo et Corbeyran

  1. Ce roman a vraiment l’air super intriguant…Mais toutes les planches sont en noir et blanc ? ça doit quand même être plutôt « sombre/lourd » à lire. Même si ça à l’air de plutôt coller à l’histoire, vu ce que tu en dis :).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s