Attends Miyuki de Roxane Marie Galliez et Seng Soun Ratanavanh

129948_couverture_Hres_0

Quatrième de couverture:

Terre bleue et lune orange, le printemps s’habille pour sa première aube de l’année. Le jardin s’éveille et Miyuki, pieds nus, déjà levée, court en riant entre les travées. Vite vite, elle inspecte et s’assure que tout le monde est prêt. « Grand-Père, lève-toi, vite vite, lève-toi ! Le jour s’est réveillé avant toi ! »

Mon avis:

Un grand merci à Babelio et aux éditions La Martinière Jeunesse…

C’est le premier jour du printemps. Le jardin s’éveille en silence. Deux pieds nus déambulent entre les allées. La petite Miyuki, déjà réveillée, part saluer chacune des fleurs écloses. Mais patatras, l’une d’elles semble encore assommée par les nuits d’hiver et joue les prolongations. Son grand-père encore ensommeillé, la rassure, peut-être lui faut-il simplement l’eau la plus pure pour réveiller ses pétales si légers. Sans perdre de temps, Miyuki part à la recherche de cette eau si précieuse…

La petite fille impatiente et intrépide, qui n’en fait qu’à sa tête, ne passerait-elle pas à côté de ce joli jour qu’est le printemps ? N’oublie pas t-elle pas de regarder, d’écouter et de sentir la nature autour d’elle ? Tendre et sage, cet album ravira les petits comme les grands. Le texte poétique et délicat nous plonge dans une douce harmonie, tandis que les illustrations respirant le printemps sont aussi douces que les pétales d’une fleur.

Ma note: 5/5

129948_interieure_Hres_1129948_interieure_Hres_2

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? de Zidrou et Roger

qui lui reprisait ses chaussettes ? - one-shot

Quatrième de couverture:

Catherine a 72 ans. Elle est veuve. Son fils de 43 ans, Michel, vit encore avec elle. Il faut vous dire que Michel est handicapé suite à un accident de voiture. Permettez-nous de vous raconter par petites touches, par petites tranches de vie, le quotidien de cette héroïne. Permettez-nous de tenter de capturer ses sensations, ses émotions, de traduire en quelques pages une vie de sacrifice et d’amour. Une belle vie, en somme. Et, croyez-le ou non, en sa compagnie et celle de son fils, nous allons vivre de bons moments. De moins bons aussi, bien sûr. Mais n’est-ce pas le lot des héros que de souffrir ?…

Mon avis:

En regardant seulement la couverture, vous distinguerez un homme à l’envergure impressionnante. Si vous regardez ce personnage dans les yeux, vous oublierez sa carrure et verrez le visage d’un poupon. Inquiet et craintif. Finalement, ce roi de Prusse paraît étonnant.

Lorsqu’on retourne l’ouvrage, c’est une vieille dame qui apparaît, bien plus frêle que le personnage précédent, pourtant, elle affiche un sourire. Affectueux et déterminé.

Derrière lui, il y a elle.

Catherine, 72 ans, s’occupe de son fils Michel, 43 ans, après qu’un accident de voiture l’a rendu handicapé. Zidrou et Roger nous racontent les bons comme les moins bons moments de cette famille pas comme les autres. Avec simplicité, l’auteur évoque ses petits bonheurs du quotidien qui rendent les instants chaotiques moins pénibles. D’un moment de complicité intense avec son fils à une crise de rage pour un vêtement pas repassé, Catherine essuie les difficultés à grand renfort d’amour et de dévotion. En véritable héroïne ordinaire, elle donne toute son humanité à ce bijou du neuvième art.

Roger possède un coup de crayon très expressif qui, si au premier abord ne m’avait pas bottée plus que ça, a finalement réussi à emporter mon parti. Les couleurs sont chaudes et apaisantes, à l’image de la couverture.

Une nouvelle fois, je ne suis pas déçue par le talent de Zidrou et ne peux que chaudement vous recommander cette douce histoire de repriseuse de chaussettes…

Ma note: 4/5

PlancheS_39793

Le tableau de Marion Fayolle

415o5LVZjcL._SY339_BO1,204,203,200_

Vivre une vie amoureuse avec une femme peinte sur un tableau, n’est pas chose facile. Mais pour la libérer de la menaçante panthère, « il » n’hésite pas à la sortir du cadre.

Vivre une vie amoureuse avec une femme qui fait trois fois sa taille, n’est pas chose facile. La petite maison de l’amoureux ne convient pas à la jeune femme, elle ne passe pas les portes, l’eau du bain lui efface la pâleur de sa peau.

Il faut se rendre à l’évidence, sa bien-aimée doit retourner dans son tableau. Les deux amants séparés sont bien malheureux.

Le tableau est une histoire d’amour originale. Parce-qu’il ne peut l’abandonner, l’amoureux ne cessera de trouver tout un tas de solutions rocambolesques pour garder près de lui sa bien-aimée. Même lorsqu’il ne pourra plus être avec elle, il lui restera fidèle.

Doux et mélancolique, le conte de Marion Fayolle touche notre petit cœur. Par ses illustrations singulières, enfantines mais en même temps pas tant que ça, l’auteure offre un album riche en poésie. Il pourrait n’y avoir aucun mot que le message passerait tout de même, le langage du corps se suffisant à lui-même.

C’est un univers tout à fait à part que je viens de découvrir, Marion Fayolle est un talent que je vais suivre de près.

Ma note: 4,5/5

blog1

Le type de Philippe Barbeau et Fabienne Cinquin

Le-type-couv - copie

J’ai découvert les éditions L’Atelier du Poisson Soluble à travers l’article de La tête en claire. Elle y présente une maison d’édition aux publications atypiques où les textes s’adressent à la fois aux adultes et aux enfants, et il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité !

J’ai choisi Le type de Philippe Barbeau et Fabienne Cinquin. Je ne connaissais pas du tout l’auteur mais la couverture mystérieuse et le titre énigmatique m’ont fait opter pour ce choix-là. Ce livre se présente comme un journal intime. Un jeune garçon se promène léger, heureux et insouciant jusqu’à ce qu’il croise un type qui ne sait pas sourire. La vision de cet homme si triste l’énerve tant qu’il lui jette un caillou au visage. Pas de chance pour notre héros, le type ne sait pas non plus rêver, ni aimer. Est-ce une solution que le violenter ?

Est-ce qu’à vous aussi cette histoire vous semble étrange ? J’ai pris très peu de plaisir à rencontrer ces personnages : un narrateur violent, un type mollasson, heureusement que l’intervention de la vieille dame vient donner une touche de poésie à la fin du livre.

Si l’histoire ne m’a pas touchée, les illustrations et la mise en pages sont un véritable plaisir pour les yeux. D’abord sombres, les peintures sont de plus en plus lumineuses au fur et à mesure du dénouement. Le texte est écrit au stylo à plume sur un papier quadrillé. Entre les pages, sont parsemés des dessins à l’aquarelle, des collages, des taches d’encre, des mots au crayon à papier.

Le type : pages arrachées au journal intime de Philippe Barbeau est un album original par son travail d’édition et ses illustrations gaies, mais son histoire, quant à elle, m’a complètement laissée de marbre.

Ma note: 3/5

« – Ce n’est pas malin de jeter des pierres à la tête des gens.

C’était la première fois qu’on me disait ça. »

Le grand méchant renard de Benjamin Renner

235131_c

La première fois que j’ai rencontré Le grand méchant renard, c’était sur le blog de Noukette. Elle parlait d’un « bon gros coup de coeur ». Ma curiosité rudement titillée et ma tentation mise à grande épreuve, j’ai finalement cédé et suis partie l’empruntée.

Le grand méchant renard a faim. Très faim. Malgré ses visites journalières à la ferme pour voir s’il n’y aurait pas une quelconque poule bien grasse à se glisser sous la dent, chacune de ses escapades se solde par un échec. Il faut dire qu’il n’est pas bien redoutable Le grand méchant renard, il est même sacrément ridicule et les animaux de la ferme le trouvent bien plus exaspérant qu’effrayant.

Mais, Le grand méchant renard est tenace et bien décidé à devenir la terreur de la contrée. Pourtant lorsqu’il parvient enfin à voler trois œufs, rien ne se passe comme prévu.

Comment ne pas s’attacher à ce délicieux renard ? Dès les premières pages, j’ai su que nous allions nous entendre… Une bouille à mourir de rire, des paroles succulentes de niaiserie, il est loin d’être vilain l’animal. Il faudrait plutôt se méfier du loup qui rôde…

Chaque personnage a un petit quelque chose d’attachant, entre la poule autoritaire, le chien paresseux et le lapin pas très rapide de la caboche, chaque lecteur y trouvera son compte.

Le grand méchant renard est une bande dessinée qui se dévore ! Elle est drôle et elle est tendre. Pour un enfant, pour un adulte, ce livre se savoure à tout âge !

Merci pour la découverte Noukette !

Ma note: 4,5/5

grand-mechant-renard_1grand-mechant-renard_2

Pico Bogue, La vie et moi de Dominique Roques et Alexis Dormal

pico-bogue-tome-1-vie-et-moi-la

Sous ce drôle de nom et cette chevelure entremêlée se cache un petit garçon à la langue bien pendue. Pico a le pouvoir de mener légèrement en bourrique ses parents, de rendre chèvre sa maîtresse, de mener sa petite sœur Ana Ana en bateau (ou l’inverse ?), d’embêter sa Mamite et son Papic, de faire des paris avec ses meilleurs amis et d’être la terreur du marchand de bonbons.

La vie de Pico Bogue est racontée en scénettes d’une demi-page, tour à tour rigolote et touchante, je me suis souvent surprise à sourire tendrement ou à pouffer de rire. C’est que Pico a une répartie des plus cinglantes chose pas forcément évidente pour un jeune lecteur. Les plus petits feront face à un petit garnement qui enchaîne les bêtises et les caprices tandis que les plus grands en feront une lecture plus subtile. D’ailleurs, ce petit personnage vous fera peut-être penser au Petit Nicolas de Goscinny.

Les illustrations d’Alexis Dormal collent parfaitement au propos, des dessins griffonnés aux limites floues, des couleurs douces qui rappellent l’univers de l’enfant. Les pages s’enchaînent comme une gourmandise qu’on finit toujours trop vite.

Pico Bogue est une véritable pépite textuelle et graphique ! J’ai hâte de connaître la suite des aventures de Pico et Ana Ana !

Ma note: 4/5

album-page-large-5214

Et si tout ça n’était qu’un rêve ? de Thierry Lenain et Irène Bonacina

MeMo et si tout ca n etait qu un reve

« Un jour, Radhija demande à sa maman:
– Et si j’étais le rêve de quelqu’un, de quelqu’un qui rêve ? »

Quand Radhija pose cette question à sa maman, celle-ci est bien embêtée. Après tout qu’est-ce qu’elle en sait ? Mais ça la turlupine vraiment Radhija, est-elle libre ou appartient-elle à quelqu’un ? Alors, au fil de ses pensées et de ses questionnements, elle va à la rencontre de son entourage, comme son papa, son chat ou son miroir pour trouver des réponses sur le sens de la vie. N’avançant pas dans sa quête, elle demande son avis à l’agent de police, au Président de la République, à Dieu… Jusqu’à ce que l’écrivain émette un début de réponse…

L’album de Thierry Lenain et Irène Bonacina, est une très belle découverte que je dois à l’un de mes enseignants. À travers les questions de Radhija, le jeune lecteur s’interroge sur la vie et la liberté. Telle la petite fille, l’enfant avance à tâtons dans ses pensées. Voyant qu’elle n’obtient pas de réponse, Radhija développe ses questions, les confronte, les aborde différemment. Si le texte détient une valeur philosophique, il reste compréhensible, par la régularité du cheminement. On obtient alors un texte intelligent mais simple. Génial, non ?

Si le texte est, à mon sens, réussi, les illustrations valent également le coup d’oeil. Irène Bonacina fait un pari original pour un album destiné aux enfants. Plutôt que de s’enfermer dans des illustrations concrètes représentant Radhija et son entourage, elle mêle à ses personnages des figures abstraites. Grandes pages colorées, figures géométriques, tout rappelle l’univers du rêve. Et grâce à l’impression en ton direct, les couleurs de l’album sont flamboyantes. Un véritable spectacle !

Et si tout ça n’était qu’un rêve ? allie plaisir et réflexion… Des pages comme des œuvres d’art et un texte, tendre et touchant, qui fait réfléchir les petits bouts de chou.

Ma note: 5/5

EtSiToutCa_16-4d575

EtSiToutCa_17-6c7ba

Jojo la mache de Olivier Douzou

9782905209665

Mon avis:

Jojo est une vieille vache, une très vieille « mache ». Aussi, une nuit, elle perd ses cornes. Puis, sa queue, etc. Jusqu’au jour, où Jojo disparaît complètement. Plus du tout dans le jardin. Pourtant, en regardant bien, elle est encore un peu là…

Jojo la mache est un petit album d’Olivier Douzou. Racontée avec des mots d’enfant, cette histoire permet d’aborder la perte d’un être cher avec les tout petits. Le voyage de Jojo est évoqué par l’auteur de manière poétique et tendre. L’enfant découvre des illustrations simples mais emplies de douceur.

L’adulte qui n’a pas perdu son âme d’enfant y trouvera aussi son compte.

Ma note: 4,5/5

« Elle avait des cornes dessus, des gamelles dessous et derrière une queue pour chasser les mouches. »

Un océan d’amour de Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione

Couv_227927

Quatrième de couverture:

Exceptionnellement, vous trouverez la quatrième à la fin de l’article…

Mon avis:

Un océan d’amour est à la fois un récit drôle et tendre sur la vie d’un couple breton, un drame environnemental, un hommage à Gaston Lagaffe, une escapade à Cuba, enfin, un parfum d’ambiance option sardine à l’huile.

L’histoire commence un matin, très tôt, alors que le pêcheur aux gros binocles se lève, son épouse, en habit traditionnel breton, lui prépare amoureusement une bonne crêpe garnie. Tandis que l’homme se régale, elle lui glisse dans son panier-repas, comme à son habitude, une boite de sardine à l’huile qu’il pourra déguster lors de son déjeuner. À la tête désabusée du pêcheur, pas sûr que cette boîte vaille une crêpe. Un au revoir affectueux sur le pas de la porte, et le couple ne sait pas encore quelle aventure extraordinaire il va vivre.

Lupano & Panaccione nous raconte un périple riche en émotion et en sel marin. Mais l’originalité va plus loin puisque cette bande dessinée est totalement muette (aucune bulle à l’horizon). Toutefois, la compréhension reste simple grâce aux planches nombreuses et riches en expressions. Les pages se dévorent et défilent à une allure folle. Malgré une barrique de bons sentiments et des situations rocambolesques en pagaille, le lecteur embarque. C’est un récit qui soulève des questions sociétales, mais surtout qui aborde la vie d’un couple prétendument ordinaire, qui s’aime tout simplement.

Conquise.

Alors, qu’attendez-vous ? À l’abordage moussaillons !

Ma note: 4,5/5

Extraits:

« À consommer de préférence avant que la mer ne fasse plus rêver. »

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh

105635_c

Quatrième de couverture:

Mon ange de bleu
Bleu du ciel
Bleu des rivières
Source de vie

La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir et lui permettra d’affronter le regard des autres. Un récit tendre et sensible.

Mon avis:

Clémentine, une fille comme les autres.

Clémentine a seize ans et un petit copain. Elle l’aime bien pourtant, dans l’intimité quelque chose ne va pas. Ça l’a chagrine cette histoire, Clémentine. Et lorsqu’elle croise par hasard une jeune fille aux cheveux bleus au bras d’une autre fille, autant dire que c’est une tornade dans la vie de l’adolescente.

Sans nul doute cette inconnue l’attire et fait naitre chez elle des sentiments nouveaux. Elle s’appelle Emma et aime les filles. Etudiante en art, Emma devient peu à peu une amie pour Clémentine et bien plus.

C’est l’histoire d’un amour plus fort que la bêtise. Clémentine a honte d’aimer une fille. Il faut dire qu’elle a un entourage qui ne s’y connait pas trop en « différence » et ouverture d’esprit. Les propos sont violents et ne font que culpabiliser Clémentine, contrainte de cacher ses sentiments, contrainte de se mentir pour être aimé, contrainte de choisir.

Julie Maroh écrit et dessine là une histoire d’amour sublime. En noir et blanc, les planches laissent tout de même encore passer l’espoir, ce bleu, une couleur si chaude… Les gros plans capturent l’instant. Surtout les visages, intenses et expressifs. Amour et mélancolie sont mes mots pour résumer cet ouvrage. Dommage pour les quelques fautes d’orthographe !

Clémentine est une fille comme les autres, c’est eux qui ne veulent pas le voir.

Ma note: 4/5

20101213PHOWWW00093