Danse d’atomes d’or d’Olivier Liron

couverture_20-_20danse_20d_27atomes_20d_27or0

Quatrième de couverture:

Tout commence par un coup de foudre. Un soir chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur de seigle. Ils s’éprennent follement, s’étreignent et s’aiment le jour et la nuit dans la ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparait sans un mot. Inconsolable, têtu O. la cherche jusqu’à Tombelaine en Normandie. Là, il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire et fragile, est partie sans pouvoir laisser d’adresse. Librement inspiré d’Orphée et Eurydice, le ballet de Pina Bausch, Danse d’atomes d’or propose une nouvelle version du mythe. Ici, Eurydice n’a pas besoin d’Orphée… D’une beauté à couper le souffle, écrit avec la rage de vivre, le premier roman d’Olivier Liron s’inscrit dans le droit fil de L’écume des jours de Boris Vian.

Mon avis:

O. rencontre Loren un soir chez des amis. Elle est acrobate, possède un léger accent et un rire fabuleux. Evidemment, O. tombe immédiatement amoureux. Leur histoire commence. Ils se découvrent vite, fiévreusement, passionnément, s’aiment sans trop le savoir jusqu’au jour où Loren s’en va, sans un mot, laissant O. anéanti. Réinventant le mythe d’Orphée et Eurydice, O. et Loren écrivent leur amour à l’ombre des personnages qu’ils incarnaient lors de ce jeu des Post-it où il était le poète et elle, la disparue, ce fameux soir chez des amis.

Dans son premier roman, Olivier Liron réécrit le mythe d’Orphée et Eurydice, inspiré par le ballet de Pina Bausch. Dans cet opéra dansé, Eurydice mène le jeu. Elle est libre, passionnée et offre à Loren un très beau portrait de femme. Le narrateur O., décrit, avec émotion, les prémices de leur amour, les instants charnels, les moments de doutes, avec ce qu’il faut d’auto-dérision pour séduire le lecteur. L’écriture d’Olivier Liron est un coup de cœur. Ses mots sonnent comme un long poème en prose, comme une complainte magnifique. Je suis tombée en pâmoison devant ces envolées lyriques souffrant la perte de l’être aimé, mais où l’amour vit toujours avec rage. Danse d’atomes d’or possède la beauté des premiers romans, de ceux où l’on sent qu’on a mis beaucoup de soi à l’intérieur. Il en ressort alors une incroyable beauté qui m’a énormément touché.

Encore une histoire d’amour, oui, mais une belle qui a l’originalité de la réécriture, de la danse et un joli titre aussi, non ?

Ma note: 4/5

« Enfin elle ralentit son rythme, s’immobilisa, exécutant une contorsion violente autour de la corde tordue, restant quelques instants comme suspendue dans l’air, frissonnante, gracile, légère, violemment renversée là-haut avec la soie bleue sombre qui continuait à s’insinuer entre ses seins, ses jambes, tout à coup perdant l’équilibre, désarçonnée sous les yeux horrifiés de l’assistance, chutant brutalement et venant se fracasser inéluctablement contre le sol avant de s’immobiliser à cinq centimètres de l’impact, dans un geste parfaitement maîtrisé, patiemment répété mille fois à l’entraînement. »