Hugo de la nuit de Bertrand Santini

couv54036594

« Longtemps, les enfants pensent qu’ils obtiendront toujours des réponses. C’est en réalisant peu à peu leur erreur que l’euphorie de la jeunesse commence à s’estomper. »

Hugo vit au domaine de Monliard avec ses parents, Hélène et Romain, sa nounou Aza et sa chienne Fanette. Ils filent de jours heureux jusqu’à la découverte d’un puits de pétrole enfoui sous le cimetière de Dorveille, près de la maison. L’or noir attire rapidement les convoitises dans le village. Par une chaude nuit d’été, Hugo se réveille, va dans la cuisine et fait face à un homme armé. Hugo meurt la nuit de sa douzième année.

Hugo de la nuit est un roman fantasque alliant humour et gravité. Sous ses allures de conte fantastique, il aborde le thème de la mort en offrant de réelles réflexions. Si le ton est, à plusieurs reprises, grave et même cruel, il ne manque pas de drôlerie lorsque Hugo rencontre les pensionnaires du cimetière de Dorveille. Les personnages délicieusement timbrés rappellent l’univers des films de Tim Burton.

La plume de Bertrand Santini joue aussi de cette oscillation entre comédie et tragique. L’écriture se veut à la fois fluide et poétique, parfaite pour plaire aussi bien aux plus jeunes qu’aux grands.

Reste que je me suis sentie extérieure à l’histoire, peut-être la brièveté du roman y est-elle pour quelque chose, mais il m’a manqué un je-ne-sais-quoi pour vraiment apprécier Hugo de la nuit. J’irai tout de même à la rencontre des autres romans de l’auteur car il possède un talent indéniable.

Ma note: 3,5/5

Les avis de Noukette et Folavril

« – A table, ma chérie ! La tarte est délicieuse !
– Mais je surveille Hugo ! répondit la fillette.
– Ne t’inquiète pas, la rassura la vieille dame. Il va bien ! Il est mort ! »

Publicités

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee

harperlee

Quatrième de couverture:

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Mon avis:

Dans les années 30, Scout et Jem vivent avec leur père Atticus Finch en Alabama, au Sud des États-Unis. Maycomb est une petite ville rurale et ségrégationniste qui voit sa tranquillité bouleversée par le procès de Tom Robinson. Ce dernier, accusé d’avoir violé une Blanche, n’a que sa couleur de peau pour preuve de sa culpabilité. Atticus Finch, avocat et commis d’office pour cette affaire, va tenter de le défendre, malgré les représailles.

Mais le procès semble presque secondaire dans le roman. En effet, j’ai été surprise de voir que l’intrigue autour de Tom Robinson n’arrivait réellement qu’à la moitié du récit, et nous laissait alors le temps d’apprivoiser la petite Scout, la narratrice. À hauteur d’enfant, elle raconte ses jeunes années : les après-midis à jouer avec son grand-frère Jem, l’imagination étonnante de leur voisin estival Dill, le mystère entourant « Boo » Radley, l’expérience de l’école, les échanges avec la cuisinière noire Calpurnia ou les soirées passées dans les bras d’Atticus apparaissent comme les péripéties ordinaires de l’enfance. Pourtant, Harper Lee montre à quel point ces joies et ces peines vont contribuer à la construction des enfants et à leur découverte de l’autre. En même temps, qu’elle décrit la famille Finch, l’autrice brosse le portrait des sud-américains de l’époque.

Ainsi, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur apparaît moins comme un roman sur la ségrégation qu’un récit d’apprentissage. Le procès de Tom Robinson met en lumière la fin de l’innocence et l’entrée dans le monde des adultes, l’incompréhension d’un jugement et un chemin encore long à parcourir pour une tolérance encore trop malmenée, même dans les années 60, à la publication du roman. Même aujourd’hui.

Un roman à lire, sans aucun doute.

Ma note: 4/5

Le coup de coeur de Petite Plume

« Il m’arrive de trouver que je suis un très mauvais père, mais ils n’ont que moi. Jem regarde d’abord comment je me comporte avant de regarder quelqu’un d’autre. J’ai essayé de vivre de façon à pouvoir soutenir son regard… si je me prêtais à ce genre de chose, franchement, je ne pourrais plus et, ce jour-là, je l’aurais perdu. Or, je ne veux pas les perdre, ni lui ni Scout, parce que je n’ai qu’eux. »

Les champs d’honneur de Jean Rouaud

champs-dhonneur

Quatrième de couverture:

Ils sont morts à quelques semaines d’intervalle : d’abord le père, puis la vieille tante de celui-ci, enfin le grand-père maternel. Mais cette série funèbre semble n’avoir fait qu’un seul disparu : le narrateur, dont le vide occupe le centre du récit. C’est à la périphérie et à partir d’infimes indices (un dentier, quelques photos, une image pieuse) que se constitue peu à peu une histoire, qui finira par atteindre, par strates successives, l’horizon de l’Histoire majuscule avec sa Grande Guerre, berceau de tous les mystères.

Les Champs d’honneur constitue le premier volet d’une suite romanesque qui se poursuit par Des hommes illustres(sur la figure du père), Le Monde à peu près (sur le deuil du père) et Pour vos cadeaux (portrait de la mère), et qui se clôt avec Sur la scène comme au ciel (la cérémonie des adieux), l’ensemble composant une sorte de livre des origines.

Mon avis:

Il vous faudra peut-être attendre de dépasser les dix premières pages pour entrer dans l’écriture poétique de Jean Rouaud. Il faudra vous laisser le temps d’ingurgiter ses premiers mots racontant la pluie en Loire-Inférieure lorsqu’il était gamin. Après ça, sûrement, vous commencerez à apprivoiser les portraits des disparus. Il y aura d’abord Joseph, puis Marie et Alphonse. Comme avant, il y avait eu l’autre Joseph, Emile, Eulalie et aussi Aline et Pierre. Vous découvrirez leurs joies, leurs peines lorsqu’ils étaient vivants et le vide qu’ils ont laissé une fois parti. Vous verrez quels objets les maintiennent encore un peu dans le monde des vivants. Vous vous amuserez d’ailleurs de ces petites anecdotes en apparence pas très importantes. De petits événements qui font exister les petites gens. Et puis, il y aura les événements plus grands : les guerres. Alors, pas d’intrigue pour ce court roman, mais vous constaterez que les pages s’enchaînent docilement et sans doute serez-vous triste de quitter ces personnages de la vie ordinaire. Ont-ils réellement existé ou tout a été inventé ? Je vous laisse le découvrir si cela vous intéresse…

Voici comment j’ai vécu ma première découverte de Jean Rouaud. Peut-être en sera-t-il de même pour vous ou peut-être que non, mais j’espère vous avoir donné (un peu) envie.

Ma note: 4/5

« De fait, on ne reconnaissait plus le grenier. Si l’on considère que l’ordre n’est qu’une variation algorithmique subjective du désordre, alors on peut dire du grenier ordonné selon grand-père que c’était la même chose qu’avant mais dans le désordre, c’est-à-dire qu’au chaos il avait substitué un autre chaos, avec cette différence pour nous que celui-là ne nous était pas familier. »

Danse d’atomes d’or d’Olivier Liron

couverture_20-_20danse_20d_27atomes_20d_27or0

Quatrième de couverture:

Tout commence par un coup de foudre. Un soir chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur de seigle. Ils s’éprennent follement, s’étreignent et s’aiment le jour et la nuit dans la ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparait sans un mot. Inconsolable, têtu O. la cherche jusqu’à Tombelaine en Normandie. Là, il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire et fragile, est partie sans pouvoir laisser d’adresse. Librement inspiré d’Orphée et Eurydice, le ballet de Pina Bausch, Danse d’atomes d’or propose une nouvelle version du mythe. Ici, Eurydice n’a pas besoin d’Orphée… D’une beauté à couper le souffle, écrit avec la rage de vivre, le premier roman d’Olivier Liron s’inscrit dans le droit fil de L’écume des jours de Boris Vian.

Mon avis:

O. rencontre Loren un soir chez des amis. Elle est acrobate, possède un léger accent et un rire fabuleux. Evidemment, O. tombe immédiatement amoureux. Leur histoire commence. Ils se découvrent vite, fiévreusement, passionnément, s’aiment sans trop le savoir jusqu’au jour où Loren s’en va, sans un mot, laissant O. anéanti. Réinventant le mythe d’Orphée et Eurydice, O. et Loren écrivent leur amour à l’ombre des personnages qu’ils incarnaient lors de ce jeu des Post-it où il était le poète et elle, la disparue, ce fameux soir chez des amis.

Dans son premier roman, Olivier Liron réécrit le mythe d’Orphée et Eurydice, inspiré par le ballet de Pina Bausch. Dans cet opéra dansé, Eurydice mène le jeu. Elle est libre, passionnée et offre à Loren un très beau portrait de femme. Le narrateur O., décrit, avec émotion, les prémices de leur amour, les instants charnels, les moments de doutes, avec ce qu’il faut d’auto-dérision pour séduire le lecteur. L’écriture d’Olivier Liron est un coup de cœur. Ses mots sonnent comme un long poème en prose, comme une complainte magnifique. Je suis tombée en pâmoison devant ces envolées lyriques souffrant la perte de l’être aimé, mais où l’amour vit toujours avec rage. Danse d’atomes d’or possède la beauté des premiers romans, de ceux où l’on sent qu’on a mis beaucoup de soi à l’intérieur. Il en ressort alors une incroyable beauté qui m’a énormément touché.

Encore une histoire d’amour, oui, mais une belle qui a l’originalité de la réécriture, de la danse et un joli titre aussi, non ?

Ma note: 4/5

« Enfin elle ralentit son rythme, s’immobilisa, exécutant une contorsion violente autour de la corde tordue, restant quelques instants comme suspendue dans l’air, frissonnante, gracile, légère, violemment renversée là-haut avec la soie bleue sombre qui continuait à s’insinuer entre ses seins, ses jambes, tout à coup perdant l’équilibre, désarçonnée sous les yeux horrifiés de l’assistance, chutant brutalement et venant se fracasser inéluctablement contre le sol avant de s’immobiliser à cinq centimètres de l’impact, dans un geste parfaitement maîtrisé, patiemment répété mille fois à l’entraînement. »

Magnus de Sylvie Germain

42696772

Quatrième de couverture:

« D’un homme à la mémoire lacunaire, longtemps plombée de mensonges puis gauchie par le temps, hantée d’incertitudes, et un jour soudainement portée à incandescence, quelle histoire peut-on écrire ? »

Franz-Georg, le héros de « Magnus », est né avant guerre en Allemagne. De son enfance, « il ne lui reste aucun souvenir, sa mémoire est aussi vide qu’au jour de sa naissance ». Il lui faut tout réapprendre, ou plutôt désaprendre ce passé qu’on lui a inventé et dont le seul témoin est un ours en peluche à l’oreille roussie : Magnus.
Dense, troublante, cette quête d’identité a la beauté du conte et porte le poids implacable de l’Histoire. Elle s’inscrit au coeur d’une oeuvre impressionnante de force et de cohérence qui fait de Sylvie Germain un des écrivains majeurs de notre temps.

Mon avis:

À l’âge de cinq ans, le petit Franz-Georg perd la mémoire. Sa mère, Théa Dunkeltal, lui conte tous les soirs l’illustre histoire de sa famille. Celle de ces deux oncles surtout qui lui ont donné son nom. Franz et Georg, morts en héros pour le IIIe Reich. Le petit Franz-Georg est encore trop fragile pour comprendre l’adulation démesurée de sa mère pour Hitler, ni même cet étrange endroit saturé de gens venus de toute l’Europe où travaille son père Clemens en tant que médecin.

Dans le chaos de son esprit, le jeune garçon avance dans le monde. Ce qu’il voit, ce qu’il entend, sont une façon de rééduquer sa mémoire. Pourtant, tant d’éléments semblent encore hors d’atteinte. Seul cet ours rassurant appelé Magnus et détesté par sa mère, semble détenir le secret de son passé.

Le lecteur suit la fin de la légende. Cet enfant qui considérait ses parents comme des êtres élégants et charismatiques assiste au spectacle de leurs mensonges et de leurs crimes. La fuite le fait changer de nom. Mais ce ne sera que la première fois. Le jeune garçon ne sait pas encore jusqu’où le poids des noms va l’emmener.

Ce roman, le premier de Sylvie Germain que je lis, est un roman initiatique où le personnage principal est en constant combat avec son passé. Le jeune garçon, qui n’a grandi qu’à travers le tableau qu’on a voulu lui faire croire, a tout à réapprendre et il y tient. On cherche à ses côtés les indices de son identité. On démêle le vrai du faux. On lit la petite et la grande histoire. On est touché par cet être fait de vide.

La plume de l’auteure rend à merveille ces fragments de mémoire ponctués de références littéraires, comme Shakespeare ou Thomas Hardy.

Magnus est un magnifique roman, dont je regrette seulement la brièveté et cette fin à laquelle je ne me fais pas du tout.

Ma note: 4/5

Lisez aussi l’avis de Mes pages versicolores !

« Voilà donc à quoi se réduit une vie, un corps qui fut si ardemment en marche, bruissant de paroles, de rires et de cris, mû par d’innombrables projets, d’insatiables désirs: une poignée de cendres blêmes solubles dans le vent. »

« Chacun porte son poids de temps dans la discrétion; rien n’est renié ni effacé, mais ils savent qu’il est vain de vouloir tout raconter, qu’on ne peut pas partager avec un autre, aussi intime soit-il, ce que l’on a vécu sans lui, hors de lui, qu’il s’agisse d’un amour ou d’une haine. Ce qu’ils partagent, c’est le présent, et leurs passés respectifs se décantent en silence à l’ombre radieuse de ce présent. »

Soyez imprudents les enfants de Véronique Ovaldé

1507-1

Quatrième de couverture: 

« Soyez imprudents les enfants », c’est le curieux conseil qu’on a donné à tous les Bartolome lorsqu’ils n’étaient encore que de jeunes rêveurs – et qui explique peut-être qu’ils se soient aventurés à changer le monde. « Soyez imprudents les enfants », c’est ce qu’aimerait entendre Atanasia, la dernière des Bartolome, qui du haut de ses 13 ans espère ardemment qu’un événement vienne bousculer sa trop tranquille adolescence. Ce sera la peinture de Roberto Diaz Uribe, découverte un matin de juin au musée de Bilbao. Que veut lui dire ce peintre, qui a disparu un beau jour et que l’on dit retiré sur une île inconnue ? Atanasia va partir à sa recherche, abandonner son pays basque natal et se frotter au monde. Quitte à s’inventer en chemin.Dans ce singulier roman de formation, Véronique Ovaldé est comme l’Espagne qui lui sert de décor : inspirée, affranchie et désireuse de mettre le monde en mouvement.

Mon avis:

Depuis son plus jeune âge, elle a l’impression que ses parents déteignent sur elle. Elle se sent aussi insignifiante que ses géniteurs et aussi vide que ce coin d’Espagne où elle vit. Atanasia Bartolome a treize ans lorsque sa vie est bousculée. C’est un jour de 1983 au musée de Bilbao qu’elle tombe sur cette toile et ne pourra plus jamais l’oublier. Roberto Diaz Uribe en est le peintre, un artiste volatilisé depuis des années. Il devient la quête d’Atanasia, le sens de sa vie tombé comme ça, un jour, alors qu’elle n’est encore qu’une enfant.

C’est par les récits de sa grand-mère Esperanza, qu’Atanasia apprend que son peintre est aussi le cousin de son père et qu’une sombre histoire politique entre adolescents les a fait s’éloigner l’un de l’autre. Seulement, l’adage « Soyez imprudents les enfants » semble définir toute la famille Bartolome. Véronique Ovaldé remonte jusqu’au XVIIeme pour nous conter les faits et prouesses des ancêtres Bartolome, des personnages rêveurs et fantaisistes. Jusqu’à Atanasia partit chercher ses réponses à Paris auprès d’un russe alcoolique, professeur spécialiste de Roberto Diaz Uribe. Là-bas, elle explore les mystères entourant le peintre qu’elle adule, mais surtout elle tisse sa propre vie. Sa quête, loin de sa terre espagnole, lui permet de faire taire une rage enfouie, d’écouter ceux qui sont les siens, de comprendre et de se retrouver, pour finalement, mieux revenir…

Soyez imprudents les enfants marque ma première rencontre avec Véronique Ovaldé. Enfin, j’ai pu découvrir la plume poétique de cette auteure, à travers un genre que j’apprécie particulièrement : le roman initiatique. Atanasia est un personnage mélancolique et ronchon auquel j’ai pourtant réussi à accrocher. J’ai aimé sa lucidité, sa verve et sa quête indéfectible. Le personnage du professeur est aussi réussi, il forme un duo charmant avec Atanasia.

Pour sûr, l’auteure a l’art et la manière de nous conter des histoires. L’univers de ce roman est riche et plein de fantaisies. De nombreux passages sont passionnants, mais les chapitres alternant passé et présent, dans la deuxième partie, m’ont aussi quelquefois lassé. Je crois que l’écriture de l’auteure ne m’a pas autant conquise que je l’aurais voulu.

Un récit d’apprentissage et une histoire de famille dont j’attendais une petite étincelle de plus. Malgré cette toute petite déception, je ne dis pas non à un nouvel essai.

Ma note: 3/5

« C’est difficile parfois de n’être que ta gouvernante ou ta domestique, n’oublie pas de me raconter deux trois choses de ta vie pour que je n’aie pas l’impression d’être un fantôme. Ou d’héberger un fantôme. C’est toujours bizarre, sais-tu, quand on devient la vieille de quelqu’un d’autre. »

Je m’appelle Mina de David Almond

FJ1695.COUV.indd

Quatrième de couverture:

Mina, 9 ans, vit seule avec sa mère depuis la mort de son père. Le plus souvent réfugiée dans son arbre à l’abri du monde, elle joue avec les mots, invente des histoires, raconte sa vie de tous les jours, le bonheur de regarder la vie d’en haut, parmi les oiseaux, loin du monde d’en bas, où elle a eu si peur. C’est d’amitié et de la liberté que nous parle Mina. Écrire son journal intime lui permettra-t-il de nous confier son secret et d’enfin s’ouvrir au monde ?

Mon avis:

Commencer d’abord en criant MERCI au délicieux blog Les grands yeux jaunes pour avoir déposé sur mon chemin ce superbe livre…

Mina aime les mots. Ils sont son île, son refuge, sa cour de récréation. Elle joue avec, les triturent pour les transformer à sa convenance, pour en extraire les plus douces folies, pour y repousser encore les limites de son imagination. Les pages de son journal n’offrent aucun rempart à ses défis auxquels le lecteur est, d’ailleurs, invité à prendre part. Seuls restent les doutes qui enflent et prennent une place qui va bien au delà de mots posés sur un cahier.

Mina ne va plus à l’école depuis qu’elle a compris qu’elle n’entrait pas dans le moule (ou en tous cas pas dans celui de Mme Scullery). C’est alors sa maman qui lui fait la classe et essaye de l’ouvrir au monde, car Mina n’en voit plus qu’une partie, une partie négative qui l’éloigne des autres. Mina, jeune enfant éprise de liberté, d’une entièreté sans borne et rêveuse à plein temps doit panser craintes et souffrances pour vivre dans le monde fantastique et terrifiant de la réalité.

David Almond a écrit un roman jeunesse comme je les adore. Un livre qui ne prend pas ses lecteurs pour des jambons ou, autrement dit, qui sonne juste. Je m’appelle Mina traite de ce drôle de moment qu’on appelle « grandir », de cet instant où on ne sait plus où est notre place dans le monde, de ces jours où l’incompréhension est trop importante pour se cogner une nouvelle fois à la réalité. Le personnage de Mina fait preuve d’une lucidité débordante, ses écarts de folie et ses réflexions plus graves, philosophiques même, sur la vie et le monde m’ont énormément plu. Ils ont fait écho aux interrogations que se posaient la petite fille que j’étais autrefois mais aussi aux craintes de la jeune adulte d’aujourd’hui. La rencontre de cette petite Mina me laisse dans une tendre mélancolie, mais surtout dans une belle parenthèse poétique, car je vous l’assure les mots de Mina sont magiques !

Lisez aussi les jolis articles de Powoui et de L’âme des mots, blog découvert par hasard et quel plaisir !

Ma note: 5/5

« Les mots devraient flâner et vagabonder. Ils devraient voler comme des chouettes, voleter comme les chauves-souris et se faufiler comme les chats. Ils devraient murmurer, crier, danser et chanter.
Parfois, il ne devrait pas y avoir de mots du tout.
Juste le silence.
Juste le pur espace blanc. »